27 juillet 2024

Atelier : Danser l’été à la plage avec Thierry Thieu Niang 5 à 7 au café-terrasse de Cinédanse à la Moisie Soirée de clôture « Funambules du temps » Soirée expo-projections « OUI ! ESHE ! Du Refus global au temps de l’inclusion et de la fluidité des genres »


Atelier : Danser l’été à la plage avec Thierry Thieu Niang

Plage de la Moisie

Rendez-vous à l’ancien gymnase, 120 Chemin des Forges

11h | Gratuit

Bio

Avant de commencer sa carrière artistique à 23 ans, Thierry Thieû Niang commence son parcours comme instituteur et psychomotricien. Puis, il se forme à la danse auprès de Renate Pook, Christine Gérard, Carolyn Carlson, Odile Duboc, Douglas Dunn et Julyen Hamilton, avant de devenir interprète pour les compagnies de Hideyuki Yano, Christine Gérard et Daniel Dobbels, Nadine Hernu, Daniel Larrieu, Héla Fattoumi & Éric Lamoureux.

Aimant découvrir de nouveaux territoires, son travail va se diversifier et intégrer rapidement d’autres disciplines. Au théâtre, il joue – mais aussi accompagne – des metteurs en scène, participant au travail de Robert Carsen, Claude Régy, Alain Gintzburger, François Rancillac ou encore Patrice Chéreau. Au cinéma, il travaille pour Jacques Vincey, Solveig Dommartin, Stéphane Nelet ou encore Frédérique Ribis. Thierry Thieû Niang réalise également des mises en espace pour des récitals ou des concerts pour Jeff Cohen, François Lasserre, Fania, Catherine Delaunay ou encore Tatiana Mladenovitch. Enfin, il devient lui-même chorégraphe et crée dès 1993 de nombreux spectacles.

Au cœur du travail de Thierry Thieû Niang se trouve sa capacité reconnue à monter des ateliers et des spectacles avec des publics amateurs : enfants, nouveaux arrivants, personnes autistes, seniors, etc. Ce travail a fait l’objet de nombreuses captations, dont la plus célèbre, Une jeune fille de 90 ans, qui a obtenu une forte reconnaissance publique et professionnelle.

Thierry Thieû Niang


5 à 7 : au café-terrasse de Cinédanse à la Moisie

Ancien gymnase de la base de villégiature de la Rivière Moisie

Échanges entre les artistes et le public, 120 Chemin des Forges 17h-19h | Ouvert à tous


Soirée de clôture « Funambules du temps »

Depuis longtemps, notre caravane cherche à redéfinir notre rapport trouble à la vieillesse. Nous sommes donc très heureux de présenter, en avant-première, « Funambules du temps », un film documentaire réalisé par trois artistes de la Côte-Nord ; la réalisatrice Lucie Lambert des Bergeronnes, la directrice artistique de la compagnie Bourask, Sylvie Mercier de Tadoussac et la comédienne Claire Rommelaere de Sacré-Coeur.  

Dix personnes âgées entre 63 et 78 ans participent à des ateliers d’expérimentations artistiques afin d’explorer le concept du temps qui passe et celui de la vieillesse. Le film « Funambules du temps » donne à voir et à entendre les aléas du passage du temps à travers les corps et la parole de dix personnes engagées dans un processus créatif. Des images en forêt et quelques citations soulignent l’aspect universel de ces histoires individuelles spécifiques.

Réalisation : Lucie Lambert | Collaboratrices : Claire Rommelaere & Sylvie Mercier | Québec | 2024 | 52’

Ancien gymnase de la base de villégiature de la Rivière Moisie

19h30 | Contribution volontaire | Projection en avant-première

Soirée de clôture « Funambules du temps »

Bio

Reconnue pour la richesse rythmique de ses chorégraphies et sa recherche vigoureuse, la co- fondatrice et directrice artistique de Bourask, Sylvie Mercier, danseuse et chorégraphe, met en place des espaces de création en rassemblant des artistes de différentes horizons dont la pratique s’appuie sur les traditions de leur culture respective. De ces rencontres, les pas de danse se fusionnent pour faire émerger des chorégraphies originales et contemporaines, actualisant ainsi des pratiques centenaires, parfois même ancestrales.

Sylvie Mercier

Lucie Lambert a passé son enfance à Portneuf-sur-Mer sur la Côte-Nord au Québec, entre le fleuve et la forêt. Après des études en littérature, elle s’est passionnée pour une forme libre de création cinématographique liant l’expérimentation au documentaire. Avec Sylvain L’Espérance et Pierre Marier, elle a fondé en 1991 la compagnie de production Les films du tricycle qui lui a permis d’exercer son métier en toute liberté. Ses thèmes de prédilection, que ce soit dans ses films Paysage sous les paupières, Avant le jour, Le père de Gracile ou dans ses plus récentes réalisations, touchent aux relations des femmes, des hommes et des enfants avec le territoire qu’ils habitent. La poésie donne la couleur à l’ensemble de ses films. Elle a également produit le film La nuit, elles dansent, réalisé par Isabelle Lavigne et Stéphane Thibault, film qui fut présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2011.

En 2016 elle est retournée vivre sur la Côte-Nord où elle s’implique dans différents projets avec d’autres artistes de la région, tout en poursuivant son propre travail. Elle a développé un style d’animation personnel (fait de dessins et d’images réelles), un genre qu’elle aime maintenant explorer dans ses nouvelles réalisations.


Soirée expo-projections « OUI ! ESHE ! Du Refus global au temps de l’inclusion et de la fluidité des genres »

Les baigneuses

Cet expo-projections trace l’évolution de la danse à l’écran depuis la chorégraphie Danse dans la neige de Françoise Sullivan, cosignataire du Refus global. Le commissariat parle d’émancipation et de révélation, des francophones, des autochtones au Québec, des communautés culturelles en France comme ici, et de la fluidité des genres propre à notre époque. La programmation de films de cette exposition est issue d’une collaboration entre l’événement québécois Cinédanse et le festival français Ciné-Corps. Le commissariat est signé par Sylvain Bleau et par Virginie Combet, directrice de Ciné- Corps.

Exposition destinée à être produite dans le cadre de la 69e Biennie franco- québécoise, son volet québécois sera présenté lors de l’événement Cinédanse Sept- Îles en juillet 2024, et le volet français sera présenté au Centre chorégraphique national de La Rochelle. Mentionnons que l’expo-projection OUI! EHE! a déjà été présentée lors de Cinédanse Rouyn-Noranda 2022 et lors du festival Waterproof de Rennes en Bretagne, en janvier 2023.

Au programme : des œuvres de danse à l’écran de Françoise Sullivan, en passant par Maurice Béjart jusqu’à Ariane Boulet et Nacera Belaza.

Café-terrasse : Ancien gymnase de la base de villégiature de la Moisie

(adresse et direction à venir)

21h – 22h | Gratuit | Projections

Texte du commissariat

Le temps historique du refus

Notre proposition prend source dans le mouvement artistique historique québécois du Refus Global.

Il surgit sous la forme d’un manifeste artistique, publié secrètement en août 1948 à Montréal par les Automatistes, collectif d’artistes sollicitant les pulsions automatiques des réflexes, valorisant les qualités natives plutôt que les connaissances extérieures. Son auteur, le peintre Paul-Émile Borduas, remet en question les valeurs traditionnelles de la société québécoise, comme la foi catholique et l’attachement aux valeurs ancestrales. Assoiffés de mieux-être, ils ont pour but de réveiller la population maintenue dans un état d’ignorance. La bourgeoisie n’est pas tant la cible.

Il s’agit plutôt de s’élever contre des méthodes d’obscurantisme concertées : une collusion entre le clergé et les pouvoirs publics. Il est contresigné par quinze artistes, dont huit hommes et sept femmes, proportion hors du commun à cette époque. Au début, le mouvement ressemblait un peu à une blague, un “OVNI”, jusqu’à la construction du mythe. L’impact vient de l’originalité multidisciplinaire de l’objet, tous les arts pouvant être inclus dans le mouvement. L’artiste n’est pas une femme ou un homme détaché de la société.

Lire la suite